...et en pardonnant aux autres !

Publié le

LE PARDON BIBLIQUE  OBTENU EN PARDONNANT AUX AUTRES !

 

Une autre vérité biblique sur le pardon, c’est qu’il est réciproque.

Si nous attendons de Dieu qu’Il nous pardonne nos péchés, nous devons aussi pardonner aux autres, c’est un commandement !

Voici le principe : si vous pardonnez, Il pardonnera.
Si vous ne pardonnez pas, Il ne pardonnera pas.

En fait, Dieu vous pardonnera au degré où vous pardonnez aux autres !

Il y a de nombreux versets qui mettent en avant cette proposition, et nous devons reconnaître que Dieu est très sérieux à ce sujet : nous devons être prêts à pardonner complètement aux autres, afin d’être pardonnés.

En Matthieu 6, Jésus donnait Son sermon sur la montagne, où Il exposait ce principe vital :

...remets-nous nos dettes,
comme nous aussi nous remettons à nos débiteurs...
Car si vous pardonnez aux hommes leurs fautes,
votre Père céleste vous pardonnera aussi à vous ;
mais si vous ne pardonnez pas aux hommes leurs fautes,
votre Père ne pardonnera pas non plus vos fautes.

Mathieu 6, 12 ; 14-15

 
En Luc 11, les disciples de Jésus Lui demandèrent comment prier. Il leur donna un modèle de prière qui affirmait à nouveau cette vérité vitale :
...remets-nous nos péchés,
car nous-mêmes aussi nous remettons à tous ceux qui nous doivent...

Luc 11, 4

 

Puis, en Matthieu 18, Jésus utilise une parabole frappante, non seulement pour enseigner ce principe, mais pour nous avertir des graves conséquences si nous manquons d’y obéir :

Alors Pierre, s’approchant de Lui, dit :

« Seigneur, combien de fois mon frère péchera-t-il contre moi, et lui pardonnerai-je ?
Sera-ce jusqu’à sept fois ? »
Jésus lui dit :
« Je ne te dis pas jusqu’à sept fois,
mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.
C’est pourquoi le Royaume des Cieux a été fait semblable à un roi
qui voulut compter avec ses esclaves.
Et quand il eut commencé à compter, on lui en amena un qui lui devait dix mille talents.
Et comme il n’avait pas de quoi payer, son seigneur ordonna qu’il fût vendu,
[lui], et sa femme, et ses enfants, et tout ce qu’il avait ;
et que le payement fût fait.
L’esclave donc, se jetant à ses pieds, lui rendit hommage, disant :
« Seigneur, use de patience envers moi, et je te payerai tout. »
Et le seigneur de cet esclave-là,touché de compassion, le relâcha et lui remit la dette.
Mais cet esclave, étant sorti,trouva un de ceux qui étaient esclaves avec lui,
qui lui devait cent deniers ; et l’ayant saisi, il l’étranglait, disant :
« Paye, si tu dois quelque chose. »
Celui donc qui était esclave avec lui, se jetant à ses pieds, le supplia, disant :
« Use de patience envers moi, et je te payerai. »
Et il ne voulut pas ;
mais il s’en alla et le jeta en prison jusqu’à ce qu’il eût payé la dette.
Or ceux qui étaient esclaves avec lui,
voyant ce qui était arrivé, furent extrêmement affligés,
et s’en vinrent et déclarèrent à leur seigneurtout ce qui s’était passé.
Alors son seigneur, l’ayant appelé auprès de lui, lui dit :
« Méchant esclave, je t’ai remis toute cette dette, parce que tu m’en as supplié ;
n’aurais-tu pas dû aussi avoir pitié de celui qui est esclave avec toi,
comme moi aussi j’ai eu pitié de toi ? »
Et son seigneur, étant en colère, le livra aux bourreaux,
jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qui lui était dû.
Ainsi aussi Mon Père céleste vous fera, si
vous ne pardonnez pas de tout votre cœur, chacun à son frère. »

Matthieu 18, 21-35
Il y en a beaucoup dans l’église aujourd’hui qui se demandent pourquoi ils n’ont pas de joie, de paix, ou de satisfaction durable. Quelque part en chemin, ils ont refusé de pardonner à quelqu’un qui leur a fait des chose horribles ; ou de pardonner à quelqu’un qu’ils ont aimé.

À plusieurs reprises, ils disent :

« Je ne peux pas leur pardonner. Vous n’avez pas idée du mal qu’ils m’ont fait. »

Je dois alors réitérer ce principe : être pardonné en pardonnant aux autres. Je leur montre qu’ils sont l’esclave de la parabole, qui devait au roi entre douze et vingt millions de dollars. Comme cet esclave, ils ne possédaient aucun moyen de Le payer, cependant Il leur a complètement pardonné.

De la même façon, nous sommes maintenant l’esclave, et quelqu’un nous doit cent centimes - le salaire d’un jour - et nous disons : « Je ne peux pas lui pardonner. »

Il faut dire dire la vérité !
 
Ce n’est réellement pas vrai que nous « ne pouvons pas » pardonner à une autre personne !
Faire cette déclaration est en contradiction directe avec ce que Jésus nous a dit de faire.En réalité, nous disons :
« Je ne veux pas pardonner. »
 et ça, c’est de la rébellion !

 

Le Seigneur Jésus a décrit ce que serait le résultat de cette rébellion aux versets 34 et 35 :

Et son seigneur, étant en colère, le livra aux bourreaux,
jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qui lui était dû.
Ainsi aussi Mon Père céleste vous fera,
si vous ne pardonnez pas de tout votre cœur, chacun à son frère. »

Matthieu 18, 34-35

C’est un commandement clair et concis de Jésus-Christ Lui-même, qui a aussi dit en Jean 14

Si vous M’aimez, gardez Mes commandements...
Jean 14, 15

Je suis tellement heureux du degré de pardon que j’ai reçu le soir où j’ai fait confiance au Christ et me suis repenti de mon péché.

En Ésaïe 38, 17, on me dit concernant mes péchés :

...Tu as jeté tous mes péchés derrière Ton dos.

Ésaïe 38, 17

En Michée 7, 19, Michée dit de Dieu :

 

 

...Tu jetteras tous leurs péchés dans les profondeurs de la mer.
Michée 7, 19

En Jérémie, le Seigneur parle des péchés d’Israël :

 

 

...Je pardonnerai leur iniquité,
et Je ne me souviendrai plus de leur péché.

Jérémie 31, 34

Parole Vivante dit :

 

Je pardonnerai et oublierai leurs péchés.

En Ésaïe 43, Dieu parle encore à Israël et à Juda :

 

 

C’est Moi,
c’est Moi qui efface tes transgressions à cause de Moi-même ;
et Je ne me souviendrai pas de tes péchés.

Ésaïe 43, 25

Dans le Psaume 103, David déclare l’étendue de notre pardon :

Autant l’orient est loin de l’occident,
autant Il a éloigné de nous nos transgressions.

Psaume 103, 12
Lorsque Dieu m’a pardonné, Il a jeté mes péchés derrière Son dos, dans la Mer de Son oubli, pour ne plus jamais s’en souvenir. Ils sont partis, et Il ne me les rappelle jamais - mais le diable le fait - Il ne fait jamais d’historique quand Il est en communion avec moi ; Il n’enterre jamais la hache de guerre en laissant sortir le manche, pour y revenir plus tard.

Quel Glorieux Sauveur !

Une chose qui attriste le Cœur de Dieu dans le domaine du pardon, c’est que nous attendons de Lui qu’Il nous pardonne complètement, qu’Il oublie toutes nos transgressions passées, tandis que nous continuons à donner des excuses, disant pourquoi nous, nous ne le pouvons pas.

Personne ne nous a cloués sur une croix, mais ils l’ont fait à Jésus, et tandis qu’ils le faisaient, Il disait :

« Père, pardonne-leur! »
Certains de ceux qui lisent ceci ont été terriblement blessés par leur partenaire de mariage. Ils ont été humiliés, diminués, dégradés, trahis, on leur a menti, et ils ont été abandonnés.

Cependant, aucune de ces circonstances ne nous dispense de l’obligation d’obéir au commandement de Christ de pardonner.

...comme Dieu aussi, en Christ, vous a pardonné...
Éphésiens 4, 32
Nous devons décider d’obéir à Dieu, et renoncer à toute la douleur, la colère, le ressentiment, la pitié de soi, la solitude, et réaliser que nous devons leur pardonner complètement - pas pour eux, mais pour nous.

Beaucoup de gens disent :

« Je leur ai pardonné, mais je n’arrive pas à oublier. »
...comme Dieu aussi, en Christ, vous a pardonné.
Éphésiens 4, 32

D’autres disent :

 

« Je lui ai pardonné, mais je ne veut simplement plus être avec lui/elle ; je ne l’aime plus. »

Oh, pouvoir aider les gens à comprendre que “ l’amour ” qu’ils ont éprouvé autrefois n’est peut-être plus là parce qu’ils ont changé d’avis !

Beaucoup disent qu’ils

« n’ont plus de sentiments »

pour l’autre.

 

S’il vous plaît, comprenez que l’amour n’est pas un sentiment - bien qu’il puisse produire des sentiments. L’amour est une décision que nous devons prendre par obéissance au Christ, que nous l’éprouvions ou non. Sinon, comment pourrions-nous obéir à d’autres commandements comme :

Vous avez ouï qu’il a été dit :
« Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi ».
Mais Moi, Je vous dis :
« Aimez vos ennemis,
bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent,
et priez pour ceux qui vous font du tort et vous persécutent,
en sorte que vous soyez les fils de votre Père qui est dans les cieux... »

Matthieu 5, 43-45

Connaissez-vous quelqu’un comme cela ?

Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense avez-vous ?
Les publicains même n’en font-ils pas autant ?
Et si vous saluez
[êtes amicaux envers - dans la Parole vivante]
vos frères seulement, que faites-vous de plus [que les autres] ?
Les nations même ne font-elles pas ainsi ?

Matthieu 5, 46-47

L’amour est une décision !
Pardonner est une décision !

Nous devons pardonner, si nous espérons être pardonnés!

Que chaque personne en souffrance prie sur cette vérité, et ensuite, en posant un acte de volonté, obéisse. La confiance ne sera peut-être pas totale, mais commencez par un pardon total, afin d’être libres. C’est tellement mieux que d’être livré aux bourreaux !

Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.
Jean 8, 36
Libres par la confession, la repentance, et l’abandon de tous nos péchés.
Libres en ayant pardonné aux autres, et échappé aux bourreaux.
C’est la liberté au plus haut degré !
...vous supportant l’un l’autre et vous pardonnant les uns aux autres,
si l’un a un sujet de plainte contre un autre ;
comme aussi le Christ vous a pardonné, vous aussi [faites] de même.

Colossiens 3, 13
...ne rendant pas mal pour mal, ou outrage pour outrage,
mais au contraire bénissant,
parce que vous avez été appelés à ceci,
c’est que vous héritiez de la bénédiction !

1 Pierre 3, 9
Puisse chacun d’entre nous se déterminer à connaître la Bénédiction et la Paix de Dieu par le pardon complet ! Ne laissez pas passer un jour, faites le maintenant !

Publié dans Repentance-Pardon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

un catholique de passage 03/12/2009 22:53


La démonstration est un peu longue.
C'est dommage que l'on oublie de parler de la Samaritaine.
Nul doute que le Christ l'a accueilli telle qu'elle était.
Nul doute qu'il ne lui ai promis le royaume.
Et pourtant il connaissait le fond de son coeur et l'état de son existence.

De même dans votre exemple, la femme reconnait son adultère : une liaison cachée. L'histoire ne dit pas si la liaison s'est arrêtée, ni pour quel raison (homme marié ??) ou si elle a continué au
grand jour.

Il suffit de relire les réponses de Jésus aux Pharisiens pour trouver le chemin du Seigneur : il ne suffit pas de respecter des règles d'obéir à une puissance Céleste, mais bien de convertir son
coeur à son Amour.


mara natha 04/12/2009 12:48


Oui c'est long simplement parceque cela doit être basé sur la PAROLE et non sur des conseils plus ou moins fiables d'êtres humains.

- Accueillir avec Compassion (Celle de Dieu) la personne qui pèche (qui dévie du Plan de Dieu pour ou encore dans la traduction hébreu qui manque la Cible) est le premier devoir
d'Amour chrétien.

- Dire la Vérité selon Dieu n'est pas un manque de Compassion (bien sûr, il faut faire attention à la forme employée)

Dans la femme adultère "la Samaritaine " ce qui est à mettre en évidence, je crois c'est le :


Va et ne pèche plus !

Cela voulait donc dire la repentance au sens où Dieu l'entend :
- confession
- abandon de son péché
- demi-tour complet pour repartir AVEC DIEU dans une marche quotidienne

Oui la réponse de Jésus est claire :


MAIS MOI JE VOUS DIS et AU COMMENCEMENT

Il faut donc retrouver
 l'Enseignement de JésusMatthieu 5
Matthieu 19
Marc 10
Luc 16

et la Pensée de Dieu Son Père
 au Commencement de la Création


Seule la Repentance permet de voir et d'entrer dans le Royaume des Cieux, car il est écrit que les adultères n'hériteront du Royame de Dieu : Jésus est clairs dans Son
Enseignement !

Ce sont les hommes qui l'ont compliqué - à cause de leur dureté de coeur !