Le pardon est obtenu par...

Publié le

IL EST OBTENU PAR

1. LA CONFESSION,

2.  LA REPENTANCE

3. L’ABANDON DES PÉCHÉS

Bienheureux celui dont la transgression est pardonnée,
[et] dont le péché est couvert ! [payé]
Bienheureux l’homme à qui l’Éternel ne compte pas l’iniquité,
et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude.

Psaume 32, 1-2
...bienheureux ceux qui sont purs de cœur, car c’est eux qui verront Dieu.
Matthieu 5, 8
Bien que ces versets semblent très différents, de contenu et par leur environnement social,ils sont très intimement liés le Plan de Dieu pour travailler avec les hommes. Chaque fois que nous parlons de Pardon dans le contexte de la Bible, nous devons le voir de façon équilibrée.

La béatitude décrite ici par David et par Jésus n’appartient qu’à ceux qui se sont sincèrement tournés vers Dieu dans la repentance, et ont engagé leur vie, sans réserve, la soumettant à la Seigneurie de Jésus-Christ, croyant qu’ils ont été lavés de tout leur péché, par Son Précieux Sang.

Beaucoup aujourd’hui basent la confiance dans le salut et le pardon total sur le simple fait de croire. Aussi merveilleux que cela paraisse, cela manifeste une ignorance de l’Écriture et une vision très réductrice de l’incroyable Œuvre expiatoire du Christ.

L’authentique Pardon biblique implique le pardon de tous les péchés. Le fait même qu’un homme éprouve un besoin désespéré de pardon implique qu’il soit conscient que le péché est dégradant, sale, et mortel.

Nous savons aussi que notre Dieu est si Saint et si Juste que nous ne pouvons pas vraiment Le regarder sans culpabilité et sentiment d’indignité, à moins que ce péché dégradant, sale, et mortel ne soit traité une fois pour toutes, par la mort de Jésus au Calvaire.

La béatitude évoquée dans le Psaume 32 ne décrit pas une personne sans péché, mais une qui était souillée et sale, qui a confessé son péché à Dieu, s’en est repentie, et a ainsi obtenu le pardon de tout son péché. Par ce moyen, Dieu justifie l’impie, pas selon ses propres oeuvres ou mérites, mais totalement sur la base de l’Œuvre expiatoire de Christ.

Le véritable équilibre de cette Vérité c’est qu’un Dieu Saint ne peut pas, et ne veut pas, permettre à une âme souillée de communier avec Lui s’il n’est pas purgé de son péché.

Le Psaume 66 dit :

Si j’avais regardé l’iniquité dans mon cœur, le Seigneur ne m’aurait pas écouté.
 Psaume 66, 18

Parole Vivante dit :

Il n’aurait pas écouté si je n’avais pas confessé mes péchés.

Finis J. DAKE, dans la Bible Annotée dit au sujet de ce verset :

  Si j’avais vu l’ iniquité dans mon cœur et l’avais encouragée ;

si j’avais prétendu être ce que je n’étais pas ;

et si j’avais aimé l’iniquité, tout en professant prier et être désolé pour mon péché,

le Seigneur... ne m’aurait pas écouté.
J’aurais été abandonné sans Son aide et Son soutien dans mes périodes difficiles.

« La première règle du pardon. c’est de confesser, de se repentir, et abandonner tout notre péché passé. Quand une personne est purifiée et pardonnée, la Bible en parle comme d’une personne « au cœur pur ». Elle s’est jugée elle-même, et ses péchés, dans la Présence de Dieu, ouvertement, librement, et n’a aucun besoin de couvrir ses transgressions. Cette personne marche dans la lumière. »
...c’est ici le message que nous avons entendu de Lui et que nous vous annonçons, [savoir] que Dieu est Lumière et qu’il n’y a en Lui aucunes ténèbres.
Si nous disons que nous avons communion avec Lui,
et que nous marchions dans les ténèbres,
nous mentons et nous ne pratiquons pas la vérité ;
mais si nous marchons dans la Lumière,
comme Lui-même est dans la Lumière,
nous avons communion les uns avec les autres,
et le Sang de Jésus Christ Son Fils nous purifie de tout péché.
Si nous disons que nous n’avons pas de péché,
nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous.
Si nous confessons nos péchés,
Il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés
et nous purifier de toute iniquité.

Si nous disons que nous n’avons pas péché,
nous Le faisons menteur et Sa parole n’est pas en nous.

1 Jean 1, 5-10
C’est le processus de Pardon, la conséquence du Pardon, et les principes impliqués dans le Pardon.

Dieu est Lumière et il n’y a en Lui aucunes ténèbres.

Si nous sommes vraiment pardonnés et rachetés par Jésus-Christ, nous ne pouvons pas continuer à marcher dans les ténèbres et dire que nous sommes en Lui.

Pierre nous dit le merveilleux changement qui a lieu dans la vie de celui qui a été pardonné :

...vous, vous êtes une race élue,
une sacrificature royale,
une nation sainte,
un peuple acquis,
pour que vous annonciez les vertus de Celui
qui vous a appelés des ténèbres à Sa merveilleuse lumière ;
vous qui autrefois n’étiez pas un peuple,
mais qui maintenant êtes le Peuple de Dieu ;
vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde,
mais qui maintenant avez obtenu miséricorde.
Bien-aimés, je vous exhorte, comme forains et étrangers,
à vous abstenir des convoitises charnelles,
lesquelles font la guerre à l’âme,
ayant une conduite honnête parmi les nations,
afin que, quant aux choses dans lesquelles ils médisent de vous
comme de gens qui font le mal,
ils glorifient Dieu au jour de la visitation,
à cause de vos bonnes œuvres qu’ils observent.

1 Pierre 2, 9-12

Nous découvrons soudain que nous sommes en complète opposition avec tout le système du monde :

- Nous aimons Jésus-Christ, et nous Le déclarons Dieu né du Vrai Dieu : le Créateur, Rédempteur, l’Alpha et l’Oméga, le Seigneur des Seigneurs, le Roi des Rois...

- Nous nous soumettons à Sa Parole, Sa Volonté, Sa voie.

- Nos appétits, désirs, buts, aspirations, objectifs et motivations sont complètement à l’opposé du système du monde.

- Nous défilons au son d’un nouveau tambour ; nous suivons un Roi différent et déclarons que nous sommes des pèlerins de passage - ambassadeurs d’un Royaume céleste.

Tout cela résulte de notre conscience d’avoir été pardonnés.

Les incroyants marchent dans les ténèbres et refusent de venir à la Lumière, tandis que nous désirons marcher dans la Lumière, parce que nous avons été pardonnés.

Si, cependant, nous ne voyons aucun besoin de confesser, nous repentir, et abandonner nos péchés passés, alors, quels que soient notre religiosité, notre ferveur, et notre enthousiasme, la Vérité n’est pas en nous.

Ces pauvres âmes, qui ne voient pas l’horreur du péché, et croient quand même qu’elles peuvent approcher Dieu autrement que par la repentance et l’abandon de leurs péchés passés, se trompent elles-mêmes.

Si nous disons que nous avons communion avec Lui, et que nous marchions dans les ténèbres,
nous mentons et nous ne pratiquons pas la vérité !

 1 Jean 1, 6

La Bible Amplifiée dit :

[Alors],
si nous disons
que nous partageons ensemble et jouissons de la communion avec Lui,
alors que nous vivons, nous déplaçons et marchons dans les ténèbres,
[à la fois]
nous parlons faussement
et nous ne vivons ni ne pratiquons la Vérité
[que l’Évangile présente].
C’est dire qu’une personne
qui est véritablement pardonnée
n’a qu’une pensée, et marche ainsi sur un chemin droit,
désirant faire plaisir à Celui qui l’a rachetée par Son Sang précieux.
Si quelqu’un qui est pardonné trébuche et tombe,
il doit le confesser
- être d’accord le nom que Dieu donne à cet acte -
immédiatement.
Si nous confessons nos péchés,
Il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés,
et nous purifier de toute iniquité.

1 Jean 1, 9

Nous devons juger notre péché pour ce qu’il est vraiment :

Mais si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés.
1 Corinthiens 11, 31
Si nous confessons nos péchés,
Il est fidèle et juste
pour nous pardonner nos péchés,
et nous purifier de toute iniquité.
Une femme mariée, avec des enfants déjà grands, qui est venue nous voir il y a de nombreuses années pour être conseillée. Elle était très nerveuse. Cette femme, qui professait être une chrétienne née de nouveau, luttait contre un très grave problème depuis des années.

Elle dit qu’elle avait quelque chose à se sortir de la tête, afin d’obtenir un peu de paix.

Elle me dit alors qu’elle avait une “liaison” durable avec l’un des amis de son mari, vivant au bout de la rue, depuis plus de cinq ans. Elle savait que cela devait cesser.

« Que dois-je faire ? » demanda-t-elle.

Je répondis :
« Tout d’abord, si vous sentez que c’est un péché, confessez-le à Dieu et repentez-vous en ! »

« Que dois-je dire ? » demanda-t-elle ;

« Dites simplement à Dieu que vous êtes adultère, et que vous demandez pardon. Dites-Lui que vous voulez en être libérée, par le Sang de Jésus-Christ. »

Elle se redressa vivement et, sur la défensive, dit :
« Je ne suis pas adultère, j’ai juste une liaison. »

Puis elle s’arrêta, baissa la tête, et fut soudain très silencieuse pendant quelques secondes.

Lorsqu’elle redressa la tête, des larmes coulaient sur ses joues, et elle dit :
« Oh mon Dieu, j’ai été adultère, je suis adultère. Je suis tellement désolée, Seigneur ! Quel affreux péché ! Comme j’ai été aveugle ! S’il Te plaît, pardonne-moi et libère-moi. Je te demande pardon ; s’il Te plaît, pardonne-moi, lave-moi, libère-moi. »

Cette femme était une autre personne lorsqu’elle repartit, parce qu’elle avait été honnête avec Dieu, s’était jugée de façon réaliste, et savait que le Sang de Jésus, Son Fils [la] purifiait de tout péché. Elle a été totalement pardonnée, par la confession, la repentance, et l’abandon de son péché.

 

Publié dans Repentance-Pardon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article