La Repentance dans le Nouveau Testament

Publié le

La Repentance

 

Dans le Nouveau Testament, il y a deux mots : metanoia et epistrepho, qui sont traduits respectivement par repentance et se retourner.


A. Metanoia
B. Epistrepho

 

 

 

A. Metanoia

 

 

 

 

 

Metanoia signifie avoir une autre pensée ou changer de pensée, d’opinion, d’objectif. Dans ce cas, c’est changer de pensée, d’opinion, d’objectif en ce qui concerne le péché. C’est littéralement voir le péché sous une lumière différente - voir le péché comme Dieu le voit.

W. E. VINE dans son Dictionnaire commenté des mots de l’Ancien et du Nouveau Testament, dit p. 281 :
« Dans le Nouveau Testament, le sujet fait principalement référence à la repentance du péché, et ce changement d’opinion implique à la fois de se détourner du péché, et de se tourner vers Dieu. »

 

 

1. Pierre a prêché la repentance

 

Dans le chapitre 2 des Actes des Apôtres, Pierre a prêché son premier message après la Pentecôte, pour ouvrir la porte du Royaume de Dieu aux Juifs. Ce n’était pas juste un message invitant à croire, ou à confesser.
Lorsque les Juifs furent saisis dans leur cœur par la Puissance de conviction du Saint Esprit, ils crièrent à Pierre et aux autres disciples, au verset 37, en disant :

 

« Que devons-nous faire pour être pardonnés, purifiés, soulagés ? »

Voici quelle fut la réponse de Pierre :
- Changez votre pensée, votre opinion, et votre objectif concernant Dieu et vos péchés !
- Voyez votre péché comme Dieu le voit !
- Voyez votre Dieu comme le Dieu Saint, Juste, Droit et Miséricordieux qu’Il est !

Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au Nom de Jésus Christ,
en rémission [ou envoi au loin] des péchés ;
 et vous recevrez le don du Saint Esprit.

 Actes 2, 38

 

 

Si on inversait cette phrase, on dirait : « Si vous ne vous repentez pas de vos péchés, au Nom de Jésus-Christ, vos péchés ne seront pas envoyés au loin, et vous ne recevrez pas le don du Saint Esprit. »

C’est tout aussi exact, et complètement en accord avec les concepts de base du Nouveau Testament.

 

 

 

 

2. Jean-Baptiste a prêché la repentance

En Matthieu, au chapitre 3, Jean-Baptiste déclare :

 

...Repentez-vous, car le Royaume des Cieux s’est approché !
Matthieu 3, 2

 

 

 

3. Jésus a prêché la repentance

 

 

 

Ici nous avons un message d’avant la Pentecôte, où le pré-requis indispensable à la communion avec Dieu est encore la repentance. Dans les chapitres 3 et 4 de Matthieu, nous assistons au baptême et à la tentation du Seigneur Jésus.
Au chapitre 4, nous entendons le premier message de Notre Seigneur, qui débute Son Ministère. Ce n’était pas réjouissez-vous, ou croyez, ou simplement recevez, mais plutôt :

 

...Repentez-vous,
car le Royaume des Cieux s’est approché.

 Matthieu 4, 17
À nouveau, au chapitre 9, on demanda à Jésus pourquoi Il ne demeurait pas uniquement avec ceux de Sa propre dénomination. Ne savait-Il pas que Dieu ne se trouvait que dans le Temple ? Pourquoi ne côtoyait-Il que la racaille de la société ?

 

Lorsque Jésus entendit les pharisiens demander cela à Ses disciples, Il clarifia encore Son Appel et Son Objectif en disant :
...Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs !
 Matthieu 9, 13
Au chapitre 15 de Luc, Jésus décrivait la Réponse des Cieux lorsqu’un homme obéit au Message du Nouveau Testament :

 

Je vous dis, qu’ainsi il y aura de la joie au ciel
pour un seul pécheur qui se repent...

Luc 15, 7

 

 

4. Les disciples ont prêché la repentance

En Marc, au chapitre 6, Jésus envoya Ses douze disciples pour leur première expérience d’évangélisation. Il leur donna tout pouvoir et toute autorité pour confirmer leur message par des signes et des prodiges.

Savez-vous le seul message que Jésus leur dit de prêcher ?
C’était le même message de repentance que le Sien !

 

...étant partis, ils prêchèrent qu’on se repentît...
 Marc 6, 12

Il est intéressant de noter que, lorsque Luc a parlé de cette même expérience, il a dit :

 

 

...Il les envoya prêcher le Royaume de Dieu...
Luc 9, 2

 Ainsi, la repentance est le message du Royaume !

 

 

Au chapitre 3 des Actes des Apôtres, Pierre et Jean se rendirent au Temple, après l’expérience de la chambre haute. À la porte du Temple, Pierre fut utilisé par le Seigneur pour apporter la guérison à un homme, infirme de naissance. Lorsque les Juifs virent cela, ils furent stupéfaits et ils vinrent en masse demander à Pierre et à Jean ce qui s’était passé. Alors, Pierre fit son second sermon.

 

 

 

 On pourrait paraphraser ainsi ce qu’il dit : « Ne soyez pas dans l’effervescence à propos de tout cela. Ce n’est pas nous qui avons agi. Si vous vous souvenez, il y a seulement quelques jours, vous avez crucifié Jésus, qui était le Prince de la Vie. Et bien, Dieu a ressuscité Celui que vous aviez tué et Lui a donné l’autorité, afin que nous puissions faire ce miracle en Son Nom. Jésus-Christ a seulement fait ce que les prophètes annonçaient qu’il ferait, et Il était Celui que les prophètes disaient qu’Il était. Vous Lui avez fait, dans l’ignorance, la même chose que vos ancêtres ont fait aux prophètes. Mais, il y a un chemin vers le pardon. »

Ce chemin vers le pardon, c’était la repentance :

 

Repentez-vous donc et vous convertissez,
pour que vos péchés soient effacés...

Actes 3, 19

 

 

À vous premièrement, Dieu, ayant suscité Son serviteur,
L’a envoyé pour vous bénir, en détournant chacun [de vous] de vos méchancetés.

Actes 3, 26

 

Reformulons ces versets : « Si vous ne vous repentez pas, vous ne serez pas convertis et vos péchés ne seront pas effacés. » Il n’y a aucun verset qui déclare que Jésus-Christ vous sauvera dans vos péchés - seulement de vos péchés. Il n’y a pas d’autre moyen !

 

Encore une fois, nous répétons le message de Paul aux Athéniens dans les Actes :

Dieu donc, ayant passé par-dessus les temps de l’ignorance,
 ordonne maintenant aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent...

Actes 17, 30

La Bible Amplifiée dit :

 

 

 

Dieu donc, il est vrai, a ignoré et laissé passer les temps de l’ignorance,
mais maintenant Il accuse tous, en tous lieux,
pour qu’ils se repentent
[changent leur pensée en une meilleure et s’amendent sincèrement, en abhorrant leurs péchés passés.]
Dans les Actes encore, au chapitre 20, Paul appela les Anciens de l’église d’Éphèse à le rencontrer à Milet. Là, il tint une conférence pastorale où il rappela à ces pasteurs comment leur travail avait été fondé à Éphèse :
...comment je n’ai rien caché des choses qui étaient profitables,
 en sorte que je ne vous eusse pas prêché et enseigné publiquement et dans les maisons,
insistant et auprès des Juifs et auprès des Grecs...

Actes 20, 20-21
Voici le message que Paul a prêché, et pratiqué, pour établir l’église d’Éphèse. Si le message était assez bien pour Paul et les Éphésiens, nous devrions aussi le prêcher.
Quel était ce message ?
 - Premièrement :
...la repentance envers Dieu
- et deuxièmement :
...la foi en notre Seigneur Jésus Christ.
Actes 20, 20-21
Voilà un message de Grâce d’après la Pentecôte, prêché par Pierre et Paul. Un message que Paul a dit être un message complet, à prêcher par des hommes de Dieu fidèles et sans peur. L’Épître aux Éphésiens est la preuve que, si nous sommes prêts à le proclamer aujourd’hui, il n’y aura pas seulement du fruit, mais beaucoup de fuit et beaucoup de fruit qui demeurera.
 

B. Epistrepho

L’autre mot que l’on trouve dans le Nouveau Testament pour repentance (ou retournement) est un mot encore plus puissant. C’est le mot epistrepho.
L'Encyclopédie de la Bible Standard Internationale dit :
« Le mot est utilisé pour exprimer la transition spirituelle du péché vers Dieu... Pour renforcer l’idée de la foi... et pour compléter et mettre l’accent sur le changement exigé par la repentance du Nouveau Testament. »
 
1. Epistrepho décrit donc l’acte complet et le résultat de la véritable repentance.
 
Dans la version King James de la Bible - et dans la version française J. N. D.
- il est traduit par se tourner, ou se détourner. Chaque fois qu’il est utilisé, il décrit ce qui se produit, ou ce qui devrait se produire lorsqu’une vraie repentance a eu lieu. Epistrepho implique un retournement. C’est le changement d’opinion et d’attitude d’un pécheur envers le péché et envers Dieu.
C’est uniquement valable lorsque
- L’intellect opère.
- Les émotions sont motivées.
- La volonté est active.

Cela va bien plus loin que la peine ou le chagrin, jusqu’au point où on appréhende le péché personnel comme quelque chose d’intolérable devant la Sainteté absolue de Dieu. Le résultat dans la personne est :
- Abhorrer ou détester ses péchés passés.
- S’en détourner à 180°.
- Les abandonner complètement.

 
2. L’action correspondant à cette renonciation au péché, c’est recevoir pour soi la mort du Christ et déclarer que Jésus est son Sauveur et Maître.
C’est cela l’implication complète du mot epistrepho.

La version King James le traduit par un mot très “tranquille”, qui contraste avec ses puissantes implications. Si tranquille et si doux qu’il perd presque tout son impact sur le lecteur...
Utiliser le mot se tourner, pour cette vérité puissante, c’est comme de dire à quelqu’un que s’il s’assied sur une bombe à hydrogène de cent mégatonnes et actionne le détonateur, cela risque de l’endommager un peu... Il est dommage qu’un tel mot ait été traduit en anglais en mettant l’accent de façon aussi insuffisante sur ses implications.
  • a. Au chapitre 9 des Actes, vous allez voir ce que je veux dire. Pierre est venu à Lydde et a apporté la guérison à Énée, qui était cloué au lit par la paralysie depuis huit ans. Cela a vraiment ébranlé les gens :
Et tous ceux qui habitaient Lydde et le Saron le virent ; et ils se tournèrent vers le Seigneur.
Actes 9, 35
Ce passage devrait dire : « Tous ceux qui le virent furent stupéfaits et convaincus que Dieu est vivant. Ils réalisèrent, comme jamais auparavant, qu’ils étaient pécheurs, méritant une punition éternelle. Soudain ils... - virent le caractère affreux de leur péché, - commencèrent à abhorrer leur passé, - firent une confession à Dieu, recherchant le pardon complet, - engagèrent leur vie envers le Seigneur Jésus-Christ. »
C’est ce qui est dit par l’emploi du mot epistrepho.
Les gens, en masse, entendirent, reçurent, se convertirent (se tournèrent), et naquirent dans la Famille de Dieu. Ce qui s’est passé à Lydde doit se produire dans la vie de toute personne, pour qu’elle soit sauvée.
  • b. Au chapitre 11 des Actes, les croyants, qui jusqu’alors n’avaient prêché qu’aux Juifs, vinrent à Antioche, et prêchèrent aux Grecs pour la première fois.. Le verset 21 nous murmure tranquillement le résultat explosif :
...la Main du Seigneur était avec eux ; et un grand nombre, ayant cru,
 se tournèrent vers le Seigneur.

Actes 11, 21
En fait, un réveil du Saint Esprit eut lieu à Antioche. On lit même plus loin dans les Actes que :
...ce fut à Antioche premièrement que les disciples furent nommés chrétiens.
 Actes11, 26
Cette ville fut mise sans dessus dessous, les hommes transformés par la dynamite de l’Évangile de Jésus-Christ.
Encore une fois, la repentance est le Message du Nouveau Testament.
Tant qu’un individu ne se repent, n’abhorre ni n’abandonne ses péchés passés,
il n’est tout simplement pas sauvé !
C’est ce que dit la Parole. S’il n’y a pas de changement évident, dire qu’une personne s’est repentie est une parole fausse.
 

3. Redouter la pensée d’aller en enfer n’est pas en soi la repentance, mais cela peut conduire quelqu’un à la vraie repentance.

On en a la preuve en voyant une pensée transformée, qui fait marcher le pécheur sur un nouveau chemin, s’éloignant du péché.
 a. L’intellect doit être impliqué pour accepter la vérité de votre condition. Vous devez croire ce que Dieu a à dire concernant vos péchés et être d’accord avec Lui pour les abhorrer.
b. Les émotions doivent entrer en jeu en réponse à la Vérité. Vous commencer à détester ce qu’autrefois vous aimiez : vos péchés. Et maintenant vous aimez ce qu’autrefois vous détestiez : Dieu.
c. Votre volonté doit entrer en action. Vous ressentez le besoin, calculez le coût, et agissez là-dessus.
- Je veux me repentir.
- Je veux me tourner vers Dieu.
- Je veux rejeter mes anciens péchés et me tourner dans la foi vers le Christ pour ma purification. -
 Je veux faire de Jésus-Christ le Seigneur de ma vie à partir de ce jour.
 

4. Ce n'es pas le salut par les œuvres qui est prêché en disant cela, pas plus que Paul quand il a dit :

insistant...

 sur la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus Christ.

Actes 20, 21

 

La repentance n’est pas le salut, mais c’est une condition ou une attitude à laquelle on doit venir pour recevoir un salut authentique. Il n’y a aucun mérite en elle. On ne peut pas gagner le salut par elle. Il est psychologiquement impossible de se placer devant Dieu pour le pardon de ses péchés, et d’en être libéré, si l’on n’y renonce pas sincèrement ni ne se détourne de tout ce qui est en désaccord avec Dieu.
Tout comme la Nouvelle Naissance est impossible sans la foi, une vraie foi qui sauve est impossible sans une véritable repentance. Elles vont ensemble comme le tonnerre et les éclairs. Le tonnerre n’est pas les éclairs, et les éclairs ne sont pas le tonnerre. Cependant, comme la repentance et la foi, ils s’impliquent mutuellement. Là où est l’un, on trouve l’autre, car aucun n’est indépendant. Nous devons faire entrer cette vérité dans notre âme ! C’est une vérité biblique ! La prédication de la Bible est incomplète si le pécheur n’est pas amené à la repentance.
Au chapitre 18 de Luc, nous avons une illustration de la nécessité d’avoir une attitude juste pour s’approcher de Dieu :
 ...Il dit aussi cette parabole à quelques-uns qui se confiaient en eux-mêmes
comme s’ils étaient justes, et qui tenaient le reste des hommes pour rien :
Deux hommes montèrent au temple pour prier, l’un pharisien, et l’autre publicain.
 Le pharisien, se tenant à l’écart, priait en lui-même en ces termes :
 « Ô Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes qui sont ravisseurs, injustes, adultères ; ou même comme ce publicain.
Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. »
Et le publicain, se tenant loin, ne voulait même pas lever les yeux vers le ciel,
 mais se frappait la poitrine, disant : « Ô Dieu, sois apaisé envers moi, pécheur ! »
 Je vous dis que celui-ci descendit en sa maison justifié plutôt que l’autre ;
car quiconque s’élève, sera abaissé ; et celui qui s’abaisse sera élevé.
Luc 18, 9-14
Quelqu’un a dit un jour : « La repentance est la face négative de la foi et la foi est la face positive de la repentance. » On ne peut pas les séparer l’une de l’autre et avoir une expérience chrétienne authentique. Cette vérité n’est pas prêchée dans beaucoup d’églises aujourd’hui.
Cependant, Dieu merci, il y en a toujours quelques-unes qui le font !
Dans certaines églises, on peut entendre l’appel suivant : « Essayez Jésus », comme si Notre Seigneur était une paire de chaussures à enfiler ! L’implication c’est que si vous vous sentez bien dans ces chaussures, vous pouvez les garder, mais si elles font mal, ne vous inquiétez pas, vous en trouverez bien d’autres plus tard. Et l’on peut encore entendre : « Croyez seulement en Jésus et vous serez sauvé. » Pour ceux que ça intéresse, vérifiez dans la Bible l’erreur contenue dans ce message :
Tu crois que Dieu est un ; tu fais bien : les démons aussi croient, et ils frissonnent.
 Mais veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est morte ?

Jacques 2, 19-20
La Parole vivante [2] est encore plus claire :
Y en a-t-il parmi vous qui croient que « croire seulement » suffit ?
... Et bien, rappelez-vous que les démons le croient aussi,
si fortement qu’ils frissonnent de terreur.
Idiot !
Quand apprendras-tu que croire est inutile
si tu ne fais pas ce que Dieu veut que tu fasses ?
Une foi qui n’a pas pour résultat de bonnes actions n’est pas une vraie foi.
Jacques dit que la véritable expérience chrétienne implique plus que simplement croire. Cela devrait être une expérience tellement révolutionnaire dans votre vie que votre but le plus élevé soit de faire la Volonté parfaite de Dieu.
 Certains membres de l’église aujourd’hui donnent de nombreuses raisons non-scripturaires de croire qu’ils sont de vrais chrétiens, et ils croient sincèrement l’être. Ils s'appuient sur leur expérience !
Certains pourraient dire : « C’est porter un jugement catégorique. »
Non, ce n’est pas cela. La Parole de Dieu dit.
Dire ce que Dieu dit plutôt que simplement encourager les gens à être satisfaits d’eux-mêmes ; mais les gens disent: « Dieu déteste le divorce, et le mariage c’est pour la vie, mais Dieu est Amour, et où que vous soyez, tout ira bien pour vous. »
 Cela, c’est un compromis dévastateur et ce sera jugé par Dieu en tant que tel !
Placez  votre confiance dans la Parole éternelle de Dieu, à cause de ce que Jésus en a dit en Luc 21 :
Le ciel et la terre passeront, mais Mes paroles ne passeront point.
 Luc 21, 33
Ils croient sincèrement en son “expérience”, et par conséquent ils ne se repentent jamais de leur péché . Au contraire, Zachée, le publicain (collecteur d’impôts) a été pardonné, et il y a eu un changement d’attitude immédiat.
Le chapitre 19 de Luc nous le raconte :
...Voici, Seigneur,
 [C’est un bon début. Quelqu’un a dit que si Jésus n’était pas Seigneur de tout,
Il n’était pas Seigneur du tout.]
 
Voici, Seigneur, je donne la moitié de mes biens aux pauvres ;
 et si j’ai fait tort à quelqu’un par une fausse accusation, je lui rends le quadruple.

Luc 19, 8
Zachée n’a pas fait cela pour être sauvé, il l’a fait parce qu’il était sauvé. Son regard sur ce qui était important dans sa vie a pris un tout nouvel angle. Il en jugeait maintenant à la lumière de l’éternité.
Voyez le verset suivant :
Et Jésus lui dit : « Aujourd’hui [le] salut est venu à cette maison... »
Luc 19, 9
La Parole vivante le dit ainsi :
Cela montre que le salut est venu à cette maison aujourd’hui.
De nos jours on entend : « Je suis méthodiste. » « Je suis baptiste. » « Je suis catholique ou évangélique... » comme si ces relations d’appartenance étaient synonymes de repentance et de foi. J’ai lu récemment que les “étiquettes” étaient inutiles à la lumière de l’éternité.
Si l’on est vraiment dans la Rivière de la Vie, l’étiquette sera lavée.
Si elle ne l’est pas, elle brûlera après la mort. Cela montre que nous n’entrons pas au ciel par nos étiquettes, peu importe combien cette dénomination est bonne. Nulle part dans la Parole on ne trouve que le Christ vient pour un méthodiste, baptiste, pentecôtiste, etc... mais plutôt pour ceux qui « aiment Son apparition ».
Même si je suis pasteur, évangéliste, diacre ou ancien, ou si j’ai le don de prophétie, reçois des visions, danse devant le Seigneur, prie en langue, ou chasse les démons, même ces manifestations ne sont pas la preuve que je suis né de nouveau. Satan est un trompeur et un as de la contrefaçon. Il sera content de vous tenir occupé, ou de vous donner des contrefaçons de ces mêmes dons pour vous amuser, si ce faisant il peut vous faire penser que vous n’avez pas besoin de vous repentir.
Les magiciens égyptiens reproduisirent la plupart des miracles que Moïse accomplit devant Pharaon. Qui leur en donna le pouvoir ? Mon rôle n’importe pas, que j’aie un don ou neuf dons, que je puisse par la prière enlever l’écorce d’un chêne... si je ne me suis jamais repenti de mes péchés passés, je suis perdu, selon la Parole de Dieu.
Regardez Matthieu, au chapitre 7, quand Jésus parle :
Ce ne sont pas tous ceux qui Me disent :
 « Seigneur, Seigneur », qui entreront dans le Royaume des cieux ;
 mais celui qui fait la volonté de Mon Père qui est dans les cieux.
Plusieurs
[Notez ceci maintenant : ces gens qui parlent sont religieux, actifs et convaincus] me diront
 en ce jour-là

[Quel jour ? Le jour du Jugement du Grand Trône blanc.
Ils ont déjà manqué le siège du Jugement de Christ, et ils sont vraiment surpris !]
:
 
« Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé en Ton Nom,
 [Ils ont tout fait au Nom du Seigneur Jésus-Christ]
et n’avons-nous pas chassé des démons en Ton Nom,
 [Ces gens sont allés plus loin dans les ministères chrétiens que la majorité des Ministères aujourd’hui ;
 ils ont affronté le monde surnaturel.]

 et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles en Ton Nom ? »
 [Comprenez-bien quelque chose ici : Jésus n’a pas contesté ce qu’ils proclamaient. Il est évident que leurs vies tournaient autour du travail d’ église. Mais écoutez !]
Et alors [quand ils auront fini leurs protestations.]
 Je leur déclarerai :
« Je ne vous ai jamais connus ;
retirez-vous de Moi, vous qui pratiquez l’iniquité. »
 
A.W. TOZER a dit un jour :
« Un converti est un homme qui s’est réformé et se trouve régénéré. À moins que le pécheur ne soit désireux de réformer son mode de vie, il ne connaîtra jamais l’expérience intérieure de la régénération. L’idée que Dieu pardonne un rebelle qui n’a pas abandonné sa rébellion est contraire à la fois à l’Écriture et au sens commun. Je pense qu’il y a peu de doute que l’enseignement du salut sans la repentance a rabaissé le standing moral de l’église. De là sont issus une multitude de professeurs religieux trompés, qui se sont faussement crus sauvés, alors qu’en fait ils baignent toujours dans l’amertume et dans les liens de l’iniquité. »
Les Écritures font très attention à nous avertir des domaines dans lesquels beaucoup seront trompés en pensant qu’ils vont au ciel, alors qu’en fait il n’y vont pas - des domaines où la Parole a rendu clair que Dieu exige une repentance totale avant de pouvoir entre dans le Royaume de Dieu. Paul, en écrivant à l’église de Corinthe, a donné cet avertissement en 1 Corinthiens 6, 9-10 :
Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point du Royaume de Dieu ?
Ne vous y trompez pas :
- ni fornicateurs,
 [ceux qui ne sont pas mariés et ont des relations sexuelles illicites,
et n’ont pas changé d’opinion ni de direction dans ce domaine, ce qui aurait provoqué un virage à 180 degrés,
une haine envers ce péché et une volonté de l’abandonner.]
- ni idolâtres,
 [ceux qui continuent à adorer une autre personne, un autre lieu, ou une autre chose,
ou qui donnent plus de valeur à une personne, un lieu ou une chose qu’à Dieu ;
 ceux qui prient, adorent, ou s’en remettent pour la vie éternelle à quelqu’un d’autre que Jésus-Christ,
 et ne se sont pas repentis, ne s’en sont pas détournés à 180 degrés,
dans la haine de ce péché et le désir de l’abandonner.]
- ni adultères,
 [ceux qui, une fois mariés, convoitent d’autres personnes en pensée.
Ceux qui ont répudié leur femme et se sont remariés, ou ont épousé quelqu’un de divorcé,
 et ne se sont pas repentis, ne s’en sont pas détournés à 180 degrés,
dans la haine de ce péché et une détermination à l’abandonner, dans la repentance.]
- ni efféminés,
 [ces hommes ou ces femmes qui pratiquent la sodomie et toutes ses ramifications, et n’ont pas vécu un changement complet, un renouvellement de l’intelligence, par la repentance.]
- ni ceux qui abusent d’eux-mêmes avec des hommes,
 [des personnes qui pratiquent des formes perverties de sexualité, avec l’homme ou les animaux, et n’ont pas changé d’opinion et de direction à 180 degrés, pour abhorrer et abandonner complètement de tels actes.]
- ni voleurs,
 [ceux qui pratiquent encore les cambriolages, les larcins, le vol, sous n’importe quelle forme, et n’ont pas changé d’opinion et de direction à 180 degrés, pour détester, abhorrer et abandonner complètement ces actes.]
- ni avares,

 [ceux dont la vie est basée sur l’avarice, l’égoïsme, la possessivité, sans aucune indication de changement dans leur pensée et leur direction, qui leur fasse voir cette attitude comme un péché,
et ainsi la détester, l’abhorrer et totalement l’abandonner.]
- ni ivrognes,
[des personnes qui mènent une vie d’abrutissement par l’alcool, et n’ont jamais connu de changement dans leur pensée ou leur attitude pour détester, abhorrer et abandonner cette pratique.]
 - ni outrageux,

[ des personnes qui pratiquent la diffamation envers les autres,
 ou essayent de fomenter des querelles et des troubles quotidiennement,
et n’ont pas fait preuve du moindre changement d’opinion,
de demi-tour à 180 degrés : détester, abhorrer et abandonner ce péché]
- ni ravisseurs,
[ des personnes qui pratiquent toute forme de tromperie dans le but de gagner aux dépens des autres, et qui n’ont pas expérimenté de changement d’opinion dans ce domaine, qui les aurait fait se détourner à 180 degrés et détester, abhorrer et abandonner ce péché.]
[Aucun de tous ceux-là] n’hériteront du royaume de Dieu.
1 Corinthiens 6, 9-10

 

Paul dit :
« Ne soyez pas trompés »
 et Jésus a dit au chapitre 7 de Matthieu :

 

...étroite est la porte, et resserré le chemin qui mène à la vie,
et peu nombreux sont ceux qui le trouvent.

 Matthieu 7, 14
Nous vivons à l’époque des ballons et yoyos chrétiens, des candidats politiques ou présidents “nés de nouveau”, etc... jusqu’à une telle dilution du terme qu’il puisse recouvrir à peu près tout ce qu’on souhaite. La véritable église a besoin de redéfinir les vraies frontières du Royaume de Dieu selon ces versets de l’Écriture.
Vous et moi avons le choix soit de croire ce que Paul a dit sous l’inspiration du Saint Esprit, ou ce que nous voyons. Nous devons nous rappeler que :

 

...l’homme regarde à l’apparence extérieure, et l’Éternel regarde au cœur.
1 Samuel 16, 7
Les gens peuvent être très religieux, enthousiastes, charismatiques, connaître tous les mots et expressions que les saints sont censés employer, et être quand même perdus, s’ils ne se sont jamais repentis de ces situations.
Il faut insister encore sur ce point : en disant cela nous ne parlons pas d’être sans péché ou de gagner notre salut. Nous parlons d’une “décision de qualité” au sujet de ces péchés. Une personne peut encore trébucher et tomber dans ces domaines par ignorance des astuces du diable ou par immaturité de son caractère chrétien. En ce cas, cette personne, si elle est authentiquement chrétienne, répondra à cette chute ou cette faiblesse par le chagrin, la confession et la repentance.
Elle s’écriera avec David :

 

Use de grâce envers moi, ô Dieu ! selon Ta bonté ;
 selon la grandeur de Tes compassions, efface mes transgressions.
 Lave-moi pleinement de mon iniquité, et purifie-moi de mon péché.
Car je connais mes transgressions, et mon péché est continuellement devant moi.
 Contre Toi, contre Toi seul, j’ai péché, et j’ai fait ce qui est mauvais à Tes yeux ;
afin que Tu sois justifié quand Tu parles, trouvé pur quand Tu juges.

Psaume 51, 1-4
Continuer à pratiquer l’un des péchés mentionnés ci-dessus en se disant : « Bon, Dieu connaît mon coeur » ou « Je suis une nouvelle créature en Christ et sous la Grâce. » C’est montrer son ignorance de ce qu’est la véritable attitude biblique adoptée après une nouvelle naissance. Paul le confirme en 1 Corinthiens, au chapitre 6 :

 

Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point du royaume de Dieu ?
Ne vous y trompez pas :
 ni fornicateurs,
 ni idolâtres,
 ni adultères,
ni efféminés,
ni ceux qui abusent d’eux-mêmes avec des hommes,
ni voleurs,
ni avares,
 ni ivrognes,
 ni outrageux,

ni ravisseurs,
 n’hériteront du Royaume de Dieu.
Et quelques-uns de vous, vous étiez tels...

1 Corinthiens 6, 9-11
Paul dit que ces mêmes gens sont maintenant des saints !
Comment cela est-il possible ?
Paul dit que les saints corinthiens avaient été ainsi à une époque, mais à présent ils étaient sauvés.
Ne laissez personne dire que ces gens ne peuvent pas être sauvés !
C’est justement pour eux que Jésus est venu !

 

Publié dans Repentance-Pardon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article